La Compagnie des Vétérans du Coeur Ardent

Une guilde de Warhammer Online sur serveur Athel Loren
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion
FORUM FERME

Partagez | 
 

 L'histoire du Coeur Ardent

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Grimril



Nombre de messages : 619
Age : 47
Date d'inscription : 09/09/2008

Feuille de personnage
Carrière: Brise-fer
Rang de Carrière: 40
Rang de Renom: 51-60

MessageSujet: L'histoire du Coeur Ardent   Mer 15 Oct - 1:02

« - Mouais… L’Histoire du Cœur Ardent… Et laquelle, d’abord, hein ? », le vieux nain se fait plus que prier de raconter son histoire, cela ne semble pas lui déplaire, ou peut-être cela lui déplait-il vraiment. Comment savoir de toute façon ?

« - Bon, attendez une minute que je rassemble mes souvenirs… Mais j’vous préviens, c’est moi qui raconte, alors faites pas les effarouchés ou les grenouilles de bénitiers ! ». Le nain se lève, traverse la pièce et se rend dans ses quartiers. Laissant tout le monde bien circonspect après son départ. Enfin ? L'histoire ? On n'ose y croire...

Après quelques minutes, il revient. Il semble transformé. L’œil brillant, l’allure fière, la barbe blanche et ayant revêtu un tabard d'un blanc passé, paraissant presque gris comparativement à la lourde barbe qui le cache jusqu'aux pieds.
Une chope d’argent poli et cabossé à la main. Un curieux parfum s’en échappe. Les nains de l’assemblée soupirent d’aise et d’envie en reconnaissant les fragrances d’une grande cuvée de l’inimitable bière de Bugman.

« - L’Ordre du Cœur Ardent, c’est des chevaliers armés par un Grand Théogone pour récupérer le Cœur de Sigmar. Voilà. »

L’assistance reste bouche bée. On passe rapidement des murmures à une contestation plus franche, agitant l’assemblée comme le vent du nord passe sur les blés coupés après l’automne.

Le nain soupire, puis reprend :
« - C’était durant la grande insurrection. La guerre civile de l’Empire. », jeta-t-il pour interrompre l’assemblée, tout en insistant sur les termes « civile » et « Empire », afin de clairement laisser entendre ce qu’un nain pouvait en penser.

« - La grande duchesse, Ottilia, s’était couronnée Impératrice… Toute seule. Enfin, avec la bénédiction d’Ulric. Dans sa cité de Talabheim. Suite à l’’élection du grand électeur de Nuln, je crois… Les textes parlent d’un schisme religieux, entre Ulric et Sigmar. Moi, j’crois surtout que c’était de la politique humaine. Enfin, cette histoire de schisme, c’était du sérieux, hein.

Parce que dans tout le Talabecland, le culte de Sigmar fut déclaré hors-la-loi, interdit, fermé. Le grand prêtre de Middenheim avait rejoint la grande duchesse et c’est grâce à l’appui d’Ulric qu’elle avait osé poser une couronne sur sa tête.
Alors, quand le clergé d’Ulric a commencé à parler d’Hérésie Sigmarite, ça a pas été bien ressenti dans certaines provinces, c’est sûr…


* La chope s’élève jusqu’aux lèvres enfouies dans la barbe blanche du conteur. Puis redescend après une longue goulée.

A l’ouest, comme toujours, les Bretonniens regardaient l’Empire avec envie. Les tribus du nord s’agitaient assez fort. D’après nos runes, c’est à peu près à cette époque que sont apparus les Rats-Ogres… Autant dire qu’il y avait mieux à faire que se foutre sur la gueule pour savoir qui avait le plus gros marteau.
Les peuples du Sud commerçaient, trafiquaient et pirataient tout ce qu’ils pouvaient. On voyait des mercenaires arriver de partout, dans l’espoir de bonnes soldes. C’est bien simple, y’avait de tout et dans les deux camps : des tiléens, des estaliens, des lusitaniens, même des arabéens.
En gros, l’Empire sans cœur, c’était pas un très beau spectacle.

Je crois que c’est à peu près en même temps que le troisième grand pillage du port de Marienburg que les choses se sont un peu précipitées. Y’a eu des armées levées, des enrôlements et du boulot pour les forges. Et c’est parti un peu fort. Siège de Middenheim, siège de Talabheim, la moitié de la capitale impériale dévastée de l’intérieur…

Très vite, l’Empereur, puis l’Impératrice, ont tenté de s’attirer les faveurs des nôtres, eût égard à l’ancienne alliance avec Sigmar. Bon, le Haut-Roi, quand il a compris le bordel que c’était, il a laissé le Ghal-Maraz où il était et il a attendu que ça se tasse.

Faut dire que de notre côté, on était encore en train de régler les comptes de la bataille du Défilée des Pins, avec les sylvains de Findol, qui nous avaient tendu une embuscade et décimé l’armée de Grungni Doigts d’Or, de Karak Horn… Ceux-là, ce sont nos engingneurs qui ont trouvé la solution pour effacer nos rancunes, un peu plus tard…


* Sans insister, le vieux barbu laisse sa voix s’éteindre sur ce mot. Puis reprend :

Enfin, un truc qu’on a fait, quand même, ça a été de réinvestir les vieilles forteresses de l’Est, histoire que l’Empire, divisé comme il l’était, ne se prenne pas trop de catastrophes sur la tronche. Ca a été l’occasion de faire la poussière et de retailler quelques pierres sur la gueule des peaux-vertes qui squattaient les tunnels d’accès…

Bon, mais bref, tout ce petit monde s’étripait joyeusement dans l’Empire et on sentait bien que ça pourrait être la fin d’Ulric, ou de Sigmar, ou des deux, d’ailleurs, parce que tout le monde s’en donnait à cœur joie et pas que les impériaux. Ca sentait fort aux frontières, ça, pas de doute. En fait, ça craquait un peu de tous les côtés. Sauf à l’Est, bien sûr. Parce que là, c’était nous qui gardions la porte.

Et ça va durer un bon moment, leur histoire, parce que l’âge des trois empereurs, plus de douze douzaines années plus tard, ça montre bien que c’était toujours le foutoir. Et rebelote, d’ailleurs, à cette époque, ils se sont tous pointés aux portes de Karaz-a-Karak pour voir le Haut-Roi… Dans l’ordre, l’Empereur de Nuln, l’Empereur de Talabheim et l’Empereur de Middenheim. Rien que ça. Et tout le monde était content d’être nos amis.

Seulement, nous, on s’impliquait pas dans ces querelles d’intestins. Y’avait juste à respecter nos serments. Tiens, d’ailleurs, puisque j’en parle, c’est à peine quelques années plus tard qu’une équipe de jeunes engingneurs et de vieux alchimistes a finalement fini de stabiliser le tire-flammes, comme on l’appelait à l’époque. Restait un truc à régler avec la naphte, mais ça marchait plutôt bien. Fallait juste pas oublier le sac à barbe. En tout cas, il a pas fallu longtemps pour qu’on aille rendre une visite de courtoisie aux voisins sylvains de l’autre siècle… Ca s’est vite réglé, leur histoire de forêt domaniale, comme j’vous l’dis.

Ah ah, 444 ans avant que la poudre ne fasse son apparition dans les armées impériales ! Ca en bouche un coin, ça, hein ? Et encore, c’est pas l’meilleur. Parce que y’a 5000 ans d’ici, quand ils faisaient encore caca dans des peaux de bêtes, les impériaux, nous, on a choisi Karaz-a-Karak comme capitale et puis…


* Croisant les regards d’Eitri et de Mnara, Grimril s’interrompt.

Hrm, euh, j’en étais où, déjà… Ah, oui, l’Ordre du Cœur Ardent.

Bon, voilà, c’est pas un secret, hein. Y’a un jeune. Un soir. Qui a fait un rêve. Enfin, disons que Sigmar, le dieu Sigmar, lui a envoyé un rêve. Bah ouais, un rêve, un songe, un inspir, un truc impalpable comme font les Dieux, il paraît.

Ce qu’j’en dis, moi, c’est ce qu’on m’a raconté, hein. Pas sûr que ce soit la vraie façon dont ça s’est passé. Mais bon, bref, le jeune, il s’appelait Frisk, Herlick Frisk, il était écuyer, et donc, il alla parler à son prêtre sigmarite le plus proche. Enfin, il lui fallu un moment pour y arriver, vu que le Culte de Sigmar, à l’endroit où il créchait, c’était pas spécialement répandu. Rapport à la grande duchesse et à son ulrichien qui la suivait partout.

Mais bon, je vous passe les détails. Son truc, ça a intrigué suffisamment de monde pour qu’il arrive face au Grand Théogone, après un peu de temps, quand même... C’était Theodorus II qui dirigeait l’Eglise de Sigmar à l’époque et lui aussi, il devait pas savoir grand-chose des inspirs divins, parce que l’autre jeune qui débarquait, il l’a fait jeter dehors. Enfin, poliment, hein, des fois que… Mais quand même, il l’a pas écouté.

Là, y’a un truc troublant quand même, c’est que la vision du gamin, c’était le Cœur Ardent de Sigmar, qui saignait dans une lumière divine. Le Cœur Ardent, c’est pas un truc répandu dans l’Eglise… Faut déjà savoir de quoi on parle. Alors, le Grand Théogone, j’pense qu’il avait quand même un gros doute.
J'pense que l'histoire se répétait... comme à l'époque de la grande invasion du Chaos.

Enfin, toujours est-il que le Grand Théogone, il a reçu un avertissement, un signe ou je n’sais quoi, mais il s’est ravisé au sujet du jeune Frisk, qui était plus si jeune, d’ailleurs, puisqu’il était devenu chevalier vétéran. Au final, il a fondé un Ordre de Chevalerie attaché à l’Eglise et ayant pour mission de trouver et de défendre le Cœur Ardent de Sigmar.

Bon, au départ, ils devaient pas être bien nombreux. Une simple troupe, confiée à Anton Von Karoll, un cousin du Grand Théogone. Mais avec le temps, il s’est passé pas mal de trucs. Quant au Frisk, bah, lui, il avait sa vision du truc, hein.


Dernière édition par Grimril le Mer 15 Oct - 16:42, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
Grimril



Nombre de messages : 619
Age : 47
Date d'inscription : 09/09/2008

Feuille de personnage
Carrière: Brise-fer
Rang de Carrière: 40
Rang de Renom: 51-60

MessageSujet: Re: L'histoire du Coeur Ardent   Mer 15 Oct - 1:03

Et notre Ordre du Cœur Ardent, bah, il sert l’Eglise dans une guerre qui ressemble bien à une guerre de religion. Ouais, de religion, étrange, hein ? Comme celles qui vont opposer les royaumes du Sud, la Tilée, l’Estalie contre l’Arabie, à peine quelques douzaines plus tard. Une guerre sainte qu’ils appelaient ça…

Euh, sinon, oui, donc l’Ordre est toujours au service du Grand Théogone. Enfin, officiellement, il quête le Cœur Ardent, hein, mais en fait, comme il sert l’Eglise, y’a pas loin à faire pour piger que c’est l’archi-truc qui les dirige. Surtout vu la situation de l’époque. Et le départ du Frisk, qui au final était le seul clampin de cette troupe à avoir vu un truc ardent envoyé par Sigmar.

En gros, pour tout l’monde, en fait, le Cœur Ardent, c’est surtout un truc en rapport avec la bataille. Le Cœur de Sigmar, voilà ce que ces types pensent chercher. Alors, forcément, ils vont pas dans la bonne direction. C’est un peu une histoire de signes, pour eux, du genre : « J’ai vu le cœur de Sigmar dans cette bataille, raffermissons nos cœurs et nous vaincrons ! ».

Et ça marche plutôt pas mal, leur truc. L’Ordre s’aligne aux côtés d’armées un peu disparates, et, bah, ma foi, une cavalerie lourde, bien entraînée et bien armée, qui charge en blanc, c’est sûr que ça regonfle le moral des traîne-savates qui jouent à cache-cache dans la grande forêt…

Faut dire que ça cogne dur, un chevalier lourd, lancé sur un destrier. Ca fait de la masse, y’a pas de doute. Alors, les paysans du Talabecland, quand ils se prennent ça sur la gueule, ils ont pas tendance à se laisser choper par les serre-gens qui traquent les déserteurs. C’est une époque où la première ligne, dans la plaine, fait pas bon s’y tenir…

A la bataille des Monts d'Orchen, y'a eu un souci. Bon, le petit Ordre du Coeur Ardent était là sur demande expresse de l'Empereur à son proche conseiller, Theodorus II, mais ce dernier avait un peu les boules de voir ainsi exposé sa troupe à lui. Du coup, il avait dit à Von Karoll que ce serait bien de pas perdre trop de monde.

Mais dans cette bataille, le front impérial a cédé, l'infanterie s'est faite enfoncer. Vu le Chaos en face, c'était un peu à prévoir, vu que les armées impériales d'élite, elles engageaient des peaux-vertes plus au sud. Comme le terrain était pas super propice à une charge, ni à une retraite, d'ailleurs, le commandant Von Karoll suspend la charge et reforme ses troupes pour le départ, tandis que la bataille menace de tourner au carnage.

Et là, pour le Frisk, c'est juste un peu trop. Alors, il s'approche de son commandant et il lui envoie une super beigne, le genre giroflée gantelée, qui laisse un peu des traces. Le Von Karoll, il vide les étriers et pendant ce temps, le Frisk, il se tourne vers ses hommes et il leur fait une super transe divine, où il décrit qu'il voit le Cœur de Sigmar au centre de la mêlée et qu'il va bien falloir aller le sortir de là, parce que bon, c'est un peu tous des sigmarites, les gars de l'Ordre.

Ni une, ni deux, ils chargent comme des fous et changent le cours de la bataille. Frisk, et ses plus proches hommes, accomplissent plein d'exploits de bravoure et ils ressortent un peu tout cassés, mais vivants quand même.

Bon, là, ça se corse, parce que quand l'Empereur demande ce qui a failli mal tourner pendant la bataille, le Theodorus II, il en met plein la gueule au Frisk, qu'il accuse de désobéissance à un ordre, d'avoir lever la main sur un noble, sur son commandant, blablabla. Bref, il l'excommunie, parce qu'il peut, et l'Empereur, bah, au fond, ça le concerne moyen, cette histoire, d'autant qu'ils ont gagné, hein.

Le truc, c'est que quand Frisk doit quitter l'Ordre, et même l'Empire, d'ailleurs, puisqu'il est hors-la-loi du fait de son excommi, excumo, bon, de s'être fait chassé, quoi, ben, y'a plein de ses gars qui partent avec lui. Même Anton le suit, honteux de sa propre poltronnerie. Ah ça, quand on vous dit que y'a que la bataille pour révéler le cœur des hommes... Pour lui, ça a marché.

Alors, sur ce, on est en 1414, je crois bien, c’est facile à retenir, y’a le Nordland et le Middenland qui s’mettent d’accord sur le partage des terres de Drakwald. Ils signent un traité. Quand on pense que ça fait bien quatre douzaines de décades que la forêt est pleine d’hommes-bêtes, on s’demande bien pourquoi ça a duré si longtemps… Enfin, y’a d’autres trucs qui se passent à cette époque, comme la chute de la Tour Noire, qui était réputée imprenable et l’avancée des troupes impériales dans le Talabecland, stoppée par une crue, hélas.

Ca aurait pu tout changer si y’avait pas eu cette foutue flotte… Mais bon, c’est comme ça. C’était parti pour durer. Et les gars dans les compagnies, ils étaient bien partis pour en chier.

Mais bon, c'est pas pour ça que la date est importante, c'est parce que c'est le moment où une troupe de conjurés assassinent Theodorus II, le Grand Theogone, lui-même. Et qui il y a dans ce groupe ? Hé bin, tu penses, Anton Von Karoll, le poltron de la bataille.

De son côté, Frisk, lui, il poursuit sa quête mystique. Lui, son truc, c’est de trouver le Cœur Ardent de Sigmar. Alors, un Cœur qui saigne, ça va bien sur le blason, mais il est sûr de chercher autre chose, en fait. C’est pour ça qu’il quitte la compagnie avec une petite escorte et qu’il décide d’aller parler à ceux qui en savent peut-être plus. En gros, il part dans les montagnes, quoi…

Au final, une bonne douzaine plus tard, c’est l’Empereur qui prend la direction des opérations, et l’Ordre du Cœur Ardent lui est directement rattaché. Faut bien comprendre qu’à l’époque, tout l’monde cherche à se mettre bien avec nous. Parce qu’on est solides et loyaux, bien sûr, mais surtout à cause des armes de guerre qu’on a et que l’Empire n’a pas. Alors, chaque camp se dit que ce serait plutôt bien, d’avoir de l’artillerie naine derrière ses lignes…

L’Empereur, il a bien pigé l’truc. Un Ordre de Chevalerie copain avec les nains, ça peut rapporter gros. Du coup, il laisse pas les templiers du Cœur Ardent dans le boxon de l’Eglise, mais il les reprend sous son aile. Pas bête.

Sauf que nous, dans l’histoire, on se cale sur ce que le Haut-Roi a dit. Les serments chez les humains, on sait ce que c’est. Ils ont pas fini de promettre fidélité à leur femme qu’ils poussent la porte des bordels du port. Les humains et les paroles, c’est plutôt une histoire de pissenlits et de grands vents. Tiens, d’ailleurs, faudrait que j’vous raconte les contes de la Rousse…


* Nouveau regard appuyé de l’assistance nanique.

… un jour où on aura l’temps. Mais pas ce soir, parce que là, on parle du Cœur Ardent.


Dernière édition par Grimril le Mer 15 Oct - 1:16, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Grimril



Nombre de messages : 619
Age : 47
Date d'inscription : 09/09/2008

Feuille de personnage
Carrière: Brise-fer
Rang de Carrière: 40
Rang de Renom: 51-60

MessageSujet: Re: L'histoire du Coeur Ardent   Mer 15 Oct - 1:05

Or donc, l’Empereur récupère le Cœur. Il leur donne une forteresse, des terres, des titres et des charges, histoire de pouvoir vivre d’autre chose que des aumônes du culte. La forteresse sera nommée le Krak Blanc, rapport aux pierres blanches, des gypses et des calcaires, qui ont servi à édifier les murs. Pis Krak, bah, c’est une façon de rappeler Karak, hein, personne s’y trompe. En tout cas, chez nous, on en est tous sûrs.

Pis là, l’Ordre s’établit. Il prospère, comme on dit.

On sait pas grand chose de la quête du Frisk, en fait. Sauf qu'on l'a aperçu durant les années de cendres, où le dragon Skaladrak Incarnadine ravageait les terres autour de Karak Kadrin. Bon, au final, le gros ver a croisé Throrin le Fou, Tueur de Dragons, qui portait d'ailleurs pas ce nom, encore à l'époque, et ça a mis fin à quatre douzaines d'années d'emmerdements...

Dans les décades qui suivent, y’a tout un tas d’Ordres qui apparaissent… J’sais pas si les Dieux ont refait à chaque fois le coup de la vision, mais en tout cas, ça fleurit. Le Soleil Flamboyant de la fille de guerre… Euh… Myrmidia, oui, c’est ça, merci.
Puis les Chevaliers Panthères… Alors, ceux-là, avec leurs heaumes tout tachetés, ils m’ont toujours fait marrer. Pis bon, une fois que chacun a son Ordre à soi, bin, le bordel reprend.

C’est reparti pour une guerre civile entre Talabheim et le Middenland, sauf que là, c’est plutôt marrant, parce que le Comte de Middenland, quand il rentre chez lui, bah, sa propre cité, Middenheim, elle refuse de le laisser entrer. Il assiège sa propre ville… Ahh… Enfin… C’est les humains, quoi.

Ah sinon, oui, l’Ordre du Cœur Ardent s’illustre pendant la Nuit des Morts sans Repos. Vous savez, le réveil de Nagash, le gars qui meurt pas. Bah, à ce moment-là, comme partout où y’a des nains et des gueules de flammes, ça grille un peu pour les zombies… Bon, paraît que trois mois après, les villes suaient encore l’odeur de la chair cramée, mais bon, faut c’qui faut, hein, quand les cimetières se relèvent.

Bien sûr, y’a plein de jaloux qui disent que c’est parce que ces chevaliers-là, ils avaient de l’artillerie naine. Bon, ils ont pas tort. C’est vrai que le Cœur Ardent avait quelques trucs en réserve. Mais quand même, aller accuser des chevaliers de traîtrise parce qu’ils ont plus tués de morts qu’eux, fallait oser… Bon, à force, paraît que ça mine un peu la situation de l’Ordre au sein d’la Cour. Mais j’suppose que dans l’Krak Blanc, ils en avaient pas trop grand-chose à foutre, de ces ronds de jambe…

Là, il se passe un truc important, mais j’me souviens plus bien...


* Profitant de cet instant de réflexion, le nain lève de nouveau le coude.

Ah sinon, vers les années 2000, y’a un gros souci. J’ai lu qu’un vieux Prêtre des Runes, le genre tout grincheux, demande à ce que les Sorciers Flamboyants, vous savez, les gentils magiciens qui ont été créés suite à la Guerre des Sorciers… Un sacré truc, ça aussi. Il a fallu faire le tri entre ceux qui utilisent la magie pour nous et contre nous.

Bon, quand on sait que la magie, de toute façon, ça vient du Chaos, ça rend un peu tout l’monde suspect, hein, mais faut dire ce qui est, les flammeux, ça envoie chaud. Ca, y’a pas de doute. D’ailleurs, j’trouve ça assez marrant qu’il y en ait qui explosent, parfois. Ca montre bien que les engingneurs avaient raison : le feu, c’est bien, mais faut contrôler le débit…

Enfin, bon, donc, Gratharin, le vieux sage en question, il dit que lui vivant, l’Ordre du Cœur Ardent ne peut admettre de Sorciers Flamboyants dans l’Ordre. Mais l’Ordre, il s’en fout un peu du p’tit prêtre des runes qui parle depuis sa montagne. Mais dans l’Ordre, y’en a qui l’écoutent quand même. Et là, ça chie un peu, parce qu’on s’retrouve avec deux Ordres, l’un dans les montagnes, l’autre dans l’Krak.

Bon, j’dis pas que ça a pas toujours été un peu comme ça, hein. Mais là, c’est sérieux. Bon, au final, les humains iront demander à l’Empereur, qui leur dira oui, et ils attendront quand même que Gratharin s’essouffle pour de bon avant de vraiment commencer à les accepter. Mais, ils sont un peu niais, sur le coup. Parce qu’un prêtre des runes, ça sait écrire. Et un nain qui sait lire, ça n’oublie pas.

Heureusement, tout ce beau monde se retrouve dans la Bataille du Bois de la Faim et durant le Siège nocturne du Château Tempelhof. Au final, les tisse-flammes et les crache-feux sont côte à côte et ça se passe plutôt pas mal. Tout le monde est content. Et chacun rentre chez soi.

C’est le début d’une longue campagne où l’Ordre va pas mal être mis à contribution par l’Empereur. La Bataille de l’Ordre Lugubre, la Bataille d’Hel Fen, y’a du boulot et de la gloire, discrète, hein, comme toujours, mais quand même, le Cœur Ardent y est.

Mais bon, on va pas ramener que des bons souvenirs de la Sylvanie…

Ah, sinon, oui, y’a des trucs sympas qui s’passent un peu partout. Y’a enfin un gyro qui décolle ! Et petit-à-petit, des maîtres des vols font leur apparition entre les grands monts. Pis y’a des trucs pas sympas, aussi, parce que les Skavens, depuis que la Comète à deux queues a ratiboisé l’Ostermark, ils ont pris du poil de la bête. C’est plus les p’tits rats qui creusaient des tunnels sous les Karaz comme en l’an 700… Là, ça commence à faire beaucoup.

Au final, c’est pendant le long règne de Magnus le Pieux que l’Ordre va vraiment perdre de l’influence. Jusque-là, les gobelinoïdes, les morts-vivants, c’est plutôt un truc où l’Ordre a été reconnu. Mais Magnus, c’est un anti-chaos, et là, il fait plus confiance à d’autres chevaliers, aux mages et aux machines que les impérieux utilisent… Franchement, des fois, on s’demande…

Enfin, bref, durant toutes ses campagnes chez les kislévites et les norses, y’a pas trop de place pour l’Ordre. D’ailleurs, ça se voit sur le nombre de recrues. Et le Krak mériterait un bon coup d’éponge sur les murs, parce que le blanc, ça grise avec l’âge… Le coup de la vision de Sigmar, c’est un peu oublié et même le grand Théogone de l’époque, il a un peu l’air de s’en foutre.

C’est l’déclin, quoi. Avec un engagement solide et une foi inébranlable, on se relève de tout. Mais là, certains ont dit que les fondations étaient un peu pourries. En 2420, y’a un chef de guerre gobelin, Grom la Panse, j’te jure, ce nom débile, qui franchit la Porte de Fer. Là, ça va mal. L’Empereur dit que les nains ont failli à protéger l’Empire. Et du coup, il prend l’Ordre et il lui dit d’aller les arrêter.

Bien sûr, tu penses. La Porte de Fer est tombée et une troupe de chevaliers qui n’a pas connu d’engagement depuis une douzaine de décades se retrouve dans des vallons à chasser du gob… L’a pas fallu longtemps pour qu’ils prennent une raclée. Bon, au moins, satisfaction, le Grom en question, il va ravager une bonne partie du nord et de l’est de l’Empire… Jusqu’à la mer. Où il va embarquer pour aller envahir Ulthuan ! C’était pas un rigolo, le Grom, pas vrai ?

Du coup, là, y’a plus trop d’archives. Mais le Krak Blanc est tombé peu après. Y’a pas eu trop d’remous d’ailleurs, pour pleurer la perte de l’Ordre du Cœur Ardent de Sigmar, si vous voulez mon avis… Mais bon, ça s’est passé y’a 5 à 6 douzaines d’années. Pour les humains, c’est déjà vieux. Surtout avec tout ce qui est arrivé depuis ! Un p’tit ordre qui disparaît, ça passerait presque inaperçu, hein…


* Le nain, dont la voix est devenue un peu pâteuse, finit longuement sa chope.

« - Voilà, c’était l’histoire du Cœur Ardent. Z’êtes content ? »

* Le silence plane encore dans la pièce. Quand soudain :

« - NAN ! », s’exclame Mnara,
« - Vous nous prenez vraiment pour des billes ou quoi ? »
« - Comment le Cœur Ardent était allié au nain ? Ca donne quoi leur quête du Cœur Ardent ? Et d’ailleurs, c’est quoi le Cœur Ardent ? Et puis, vous y étiez, non, lors de la chute du Krak ? Ils sont passés où les chevaliers ? Et nous, on est qui ? »
« - C’est l’histoire la plus mal racontée que j’ai jamais entendue ! »

* Le nain la regarde avec l’œil arrondi et la pupille dilatée. La façon dont sa main serre l’anse de sa chope rappelle un peu la prise qui convient à un marteau ou une hache.

« - Faudra demander ça à un porte-serment… Ou au capitaine… Moi, j’dis c'que j’peux. »

* Et drapé dans ce qui lui reste de dignité, le nain quitte la pièce d’un pas lourd.
Revenir en haut Aller en bas
kcorasadrah

avatar

Nombre de messages : 85
Age : 38
Date d'inscription : 09/09/2008

Feuille de personnage
Carrière: Lion blanc
Rang de Carrière: 21-30
Rang de Renom: 21-30

MessageSujet: Re: L'histoire du Coeur Ardent   Ven 17 Oct - 2:34

/HRP

On est en l'an combien? Je me réveille et j'ai comme une perte de mémoire... 2500?

/HRP
Revenir en haut Aller en bas
Grimril



Nombre de messages : 619
Age : 47
Date d'inscription : 09/09/2008

Feuille de personnage
Carrière: Brise-fer
Rang de Carrière: 40
Rang de Renom: 51-60

MessageSujet: Re: L'histoire du Coeur Ardent   Mar 21 Oct - 12:05

/hrp

WH RPG 2e Ed. commence entre 2505-2510.
J'aurai tendance à dire qu'on est dans cette période au début de WAR.
Revenir en haut Aller en bas
Malheur
Invité



MessageSujet: Re: L'histoire du Coeur Ardent   Mer 29 Oct - 14:58

[HRP ON]

Bonjour,

Warhammer Online se situe juste après la "Tempête du Chaos" qui a ravagé le nord de l'Empire. Les troupes d'Archaon on été repoussé à Middenheim. On sait que cette invasion chaotique est daté de l'an 2522.

Aussi, je me permets de penser que nous serions plutôt l'année suivante en 2523. Smile

Concernant le livre de JDR de la 2ème édition il va dans ce sens aussi, puisque le récit d'introduction se déroule dans les ruines de Wolfenburg qui est tombée en l'an 2522.

LJD Malheur

[HRP OFF]
Revenir en haut Aller en bas
Grimril



Nombre de messages : 619
Age : 47
Date d'inscription : 09/09/2008

Feuille de personnage
Carrière: Brise-fer
Rang de Carrière: 40
Rang de Renom: 51-60

MessageSujet: Re: L'histoire du Coeur Ardent   Mer 29 Oct - 18:40

/hrp

Ma très grande faute, lorsque nous avons joué la campagne impériale, nous sommes partis avant cette date de la Tempête du Chaos. D'où mes souvenirs erronés (mais j'ai quand même pas le courage de descendre à la cave pour remonter mes archives de l'époque :p)

Merci Malheur Smile
Revenir en haut Aller en bas
Malheur [GM CLO]

avatar

Nombre de messages : 4
Date d'inscription : 29/10/2008

MessageSujet: Re: L'histoire du Coeur Ardent   Mer 29 Oct - 20:33

[HRP]

Bonjour,

Je t'en prie il n'y a pas de souci. Wink Au contraire, c'est une question qui mérite d'être étudiée dans la mesure où nous souhaitons créer une homogénéité dans la scène RP.

De fait, nous avons aussi repris le calendrier impériale. Je me permets de vous le retranscrire ici :

Citation :
Les mois.

• Nachenxen : l’après sorcières. (Equivalent irl : janvier)
• Jahrdrung : le tournant de l’année. (Equivalent irl : février)
• Pflugzeit : le temps des labours. (Equivalent irl : mars)
• Sigmarzeit : le temps de Sigmar. (Equivalent irl : avril)
• Sommerzeit : le temps de l’été. (Equivalent irl : mai)
• Vorgehein : l’avant mystères. (Equivalent irl : juin)
• Nachgeheim : l’après mystères. (Equivalent irl : juillet)
• Erntezeit : le temps des récoltes. (Equivalent irl : Août)
• Brauzeit : le mois des brasseurs. (Equivalent irl : septembre)
• Kaldezeit : le mois glacial. (Equivalent irl : octobre)
• Ulriczeit : le temps d’Ulric. (Equivalent irl : novembre)
• Vorhexen : l’avant sorcières. (Equivalent irl : décembre)

Les jours.

• Wellentag : jour de travail.
• Aubentag : jour des contributions.
• Marktag : jour de marché.
• Backertag : : jour de fournée.
• Bezahltag : jour de paye.
• Konistag : jour du roi.
• Angestag : début de semaine.
• Festag : jour de fête.

Les principales fêtes religieuses.

• Hexenstag : Foi Antique, Liadriel.
• 1-Nachexen : Vénéra.
• Mitterfruhl : Manann, Taal, Ulric, Foi Antique.
• 33-Pflugzeit : Grungni.
• 18-Sigmarzeit : Sigmar.
• Sonnstille : Foi Antique.
• 33-Vorgeheim : Grugni.
• Geheimnistag : Foi Antique, Liadriel.
• 1-8-Erntezeit : Esméralda (semaine des tartes).
• Mitterherbst : Ulric, Foi Antique.
• 33-Brauzeit : Grugni.
• Mondstille : Ulric, Foi Antique.
• 33-Vorhexen : Grugni.

Je avous adresses mes félicitations, votre guilde à l'air structurée et fondée sur de bonne base. Wink Nous aurons, je pense, l'occasion de nous croiser en jeu.

Par ailleurs, je me permets aussi de vous laisser l'adresse de notre forum et plus particulièrement le lien vers notre campagne actuelle qui a donné lieu à un Event inter guilde il y'a une semaine. Notre campagne de guide, a pour vocation de durer 3 mois à raison d'un scénario par semaine et pour certains d'être ouverts aux autres guildes. Si cela peut vous intéresser, n'hésitez pas à venir me poser des questions.

[Campagne] L'affaire Baumstein : http://lesloupsdostland.forumperso.com/rp-sur-les-routes-f5/

Bon courage à vous !

Cordialement,

Malheur (GM des Loups d'Ostland)

[HRP OFF]
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'histoire du Coeur Ardent   

Revenir en haut Aller en bas
 
L'histoire du Coeur Ardent
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Coeur Ardent (Razgarath)
» [MOC] coup de coeur: moc halo.
» Le Coeur du Magma (MC)
» [Joute] Deck Fluff : Rhaegar + Lyanna = Coeur
» La fausse histoire d'un vrai menteur.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Compagnie des Vétérans du Coeur Ardent :: Aux abords du camp :: La taverne des quartiers libres-
Sauter vers: