La Compagnie des Vétérans du Coeur Ardent

Une guilde de Warhammer Online sur serveur Athel Loren
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion
FORUM FERME

Partagez | 
 

 [Debrief] C'était la guerre !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Grimril



Nombre de messages : 619
Age : 47
Date d'inscription : 09/09/2008

Feuille de personnage
Carrière: Brise-fer
Rang de Carrière: 40
Rang de Renom: 51-60

MessageSujet: [Debrief] C'était la guerre !   Mer 1 Oct - 12:20

Le ciel était couleur de larmes et de désespoir. Nulle lumière ne parvenait jusqu'au sol et pourtant, les plantes comme les roches, luisaient d'un éclat fantomatique. Le vestige d'une magie nécromantique qui avait infusé la terre avant d'emplir les coeurs...

Au bivouac, l'ambiance était effervescente : les combattants couraient en tout sens.

Grimril revint de l'avant-garde, remontant la colonne jusqu'à l'endroit où ses compagnons se trouvaient. Il s'adressa à Valashein, obligé de se pencher sur sa selle pour entendre le nain qui dépassait à peine la hauteur de ses étriers :

- Un maître des lames revendique le commandement, Capitaine, il se nomme Umbre et semble porter divers trophées de batailles anciennes,

Valashein fit la moue. L'archimage qui se trouvait non loin plissa elle aussi les lèvres et souffla :

- Pour une bataille en ces lieux, confier notre force à un Umbre n'est guère un bon présage.

Le capitaine, pour cette raison ou pour une autre, semblait lui aussi hésiter. Il jeta un regard en direction de la troupe. Les nains bouillaient d'impatience à l'idée d'aller combattre des elfes. Comme le disait souvent Griewyr, ce qu'il y a de bien dans ce genre de mêlées, c'est qu'on est sûr de ne pas se tromper. A leur côté, le Lion Blanc avait toutes les peines à calmer son compagnon, excité par l'odeur du sang et de la magie noire.
Un peu plus loin, les archères ne pipaient mot, mais leur détermination ne faisait guère de doute.

La force présente, sous le commandement de l'elfe, comptait peut-être une vingtaine de combattants. Les vétérans pouvaient-ils faire pencher la balance dans un sens ou dans l'autre ? Faute d'information sur les forces en présence, il était difficile de prendre une décision.

Le capitaine trancha : "- Restons sur l'objectif initial : conquérir les postes avancés."


------------------------------------------------------------------------------------------------------
/hrp

Première bataille d'ampleur hier soir, donc, dans un carambolage indescriptible d'une force de la Destruction variant de 30 à 60 combattants (selon les moments) qui s''est réunie pour défendre le fort du Pays des Ombres, qu'ils contrôlaient, dès que la force menée par Umbre (une vingtaine puis une trentaine de combattants) l'eût attaqué.

Le fort n'a donc pu être capturé. En revanche, les objectifs secondaires ont été le théâtre d'affrontements nombreux et violents. Notre tactique a dû s'adapter à plusieurs situations :
- à environ 20h45, nous avons d'abord pris les deux bannières de la zone
- 21h10, nous nous sommes fait intercepter violemment, au retour de la cime, par une force qui sortait du fort,
- revenus au bivouac, nous nous sommes jetés dans une épaisse mêlée durant environ 30 mn,
- 22h00, changement d'objectif, nous sommes passés en Ellyrion pour capturer les bannières,
- lors de la seconde capture, une force nous a expulsé du poste avancé
- 22h30, revenus au bivouac, nous avons repris l'engagement, cette fois coordonnés sur TS,
- une charge de flanc a suffi pour destabiliser la meute qui s'est repliée jusqu'à la première bannière,
- là, nous avons repris la bannière durant le combat,
- une fois sécurisée, nous sommes repassés en Ellyrion pour reprendre la bannière dont nous avions été expulsés

Il était alors 23h00, certains nous ont laissés, les autres ont terminé leur soirée en conquérant la Porte du Phénix (toujours sous TS), scénario facilement gagné.

Durant ces différentes formes d'affrontements, j'ai fait plusieurs constats que je souhaite partager et confronter à vos propres perceptions :

- 1 - Les déplacements

Nous nous sommes retrouvés isolés plusieurs fois les uns des autres. La mini-carte ne donnant à voir qu'une aire réduite, il n'est pas rare de perdre l'un d'entre nous. Que ce phénomène se produise dans une grosse bataille, ce n'est pas anormal.

Mais dès le départ de la soirée, nous avons égaré plusieurs membres qui ont eu du mal à nous rejoindre (le trajet entre le bivouac et la cime étant occupé par des forces ennemies). Il est donc nécessaire de réfléchir à un mode de déplacement qui nous permette de ne pas nous disperser. Cela suppose a minima :
- une concentration sur ce qui se dit dans le cc warband, les ordres de mise en mouvement ne sont pas répétés et entre ceux qui bougent dès l'ordre donné et ceux qui finissent autre chose, il peut y avoir 50m. Ca suffit pour que l'avant-garde évite un clash, mais pas les traînards.
- une bonne connaissance de la carte, sachant qu'un objectif comme la cime, par exemple, peut-être atteint de plusieurs façons. Il est donc nécessaire de désigner une personne, que tout le monde suit. Peu importe si ce n'est pas le chemin que vous, tout seul, auriez choisi. On est plus forts en groupe.

J'ai encore souvenir d'une critique de Valashein suite à notre première sortie dans le Pays des Ombres. A l'époque, les écervelés comme moi avaient rétorqués : "Ouais, mais là, y'avait personne. On verra bien quand il y aura du monde."
Bon, bin on a vu. C'était pas mieux...


- 2 - La communication

Que ce soit pour signaler une approche ennemie ou pour désigner des objectifs qui deviennent raisonnables durant un affrontement, l'apport de TS a été flagrant. Cette coordination vocale s'est révélée non seulement pratique mais quasi-indispensable, à mon avis.

On peut prendre du plaisir à jouer seul dans une bataille, mais l'efficacité de TS, sur un plan collectif, est absolument démontrée par les deux phases que nous avons connues hier soir. Je pense qu'il n'y avait aucune chance de décider quoi que ce soit de façon coordonnée sans utiliser ce logiciel.

Par ailleurs, nous avons connu un temps de latence assez important, de retour au bivouac pour la seconde fois. Temps mis à profit pour discuter de la stratégie à tenir. Cette période de 'silence' sur les différents cc a suscité de nombreuses interrogations de la troupe (qu'est-ce qu'on fait ? où qu'on va ? alors ?).

Au stade où nous en sommes, je pense préférable de prendre une décision rapidement, même un peu inconsidérée, que de vouloir "gagner" tout nos engagements. Nous n'avons pas assez d'expérience de ce type de confrontation pour savoir ce qui est réellement possible ou pas. Mourir une bonne dizaine de fois dans une bataille en sous-nombre, c'est une nécessité impérative pour intégrer en pratique ce que nous savons sur le papier.

Dans ce dernier cas de figure, il y a une complication qu'il me faut cependant souligner : Teamspeak n'est pas un outil de discussion. Il ne s'agit donc pas d'ouvrir un débat sous TS (d'expérience, c'est une mauvaise idée). Le corollaire est donc que le commandement doit être affirmatif et non interrogatif lorsqu'il s'exprime avec cet outil, ce qui suppose que la prise de décision ait déjà eu lieu. (Hé oui, c'est pas toujours simple de contenter tout le monde)

Dernier point sur la communication : le paramétrage du Voice Activation

Certains d'entre nous jouent au casque. Une boucle infinie fait partie des trucs les plus pénibles à entendre au casque.
Si vous n'êtes pas officier, si vous n'avez pas à intervenir régulièrement sur le canal, mettez vous en Key Activation et trouvez-vous une touche pour parler.
Sinon, veillez à avoir un niveau suffisamment élevé d'activation automatique, baissez vos baffles, parlez plus fort, mais sachez que dès notre prochaine sortie coordonnée avec cet outil, nous réduirons au silence celui qui nous casse les oreilles.


- 3 - Les batailles et les escarmouches

Pour l'heure, le nombre reste absolument déterminant de l'issue de l'affrontement. Retraiter en ordre est très compliqué et comme nous le savions tous depuis les scénarios, défendre est plus difficile qu'attaquer.

Avec un groupe structuré et équilibré, je pense que nous pouvons compenser 10 à 20% de surnombre, mais certainement pas au-delà. Et encore ! Si, comme nous l'avons rencontré hier soir, l'impact se fait sur une base de tanks et de furies, il n'y a presque aucune chance de sauver nos soigneurs.

3.1 L'effet meute

Bien qu'étant un grand nombre hier soir, le comportement général de la bataille était celui d'une meute ou d'un banc de poissons. Quelque chose de très animal, d'un peu irréfléchi, où l'on assiste soudainement à des mises en déroute de l'un ou l'autre des deux camps et où il suffit que 4 tanks prennent une décision coordonnée pour arrêter le mouvement dans un sens ou dans l'autre.

Une attaque de flanc a clairement montré l'intérêt de ce genre de manoeuvre, même si la réaction a été très rapide de la part des aggresseurs, le simple fait de destabiliser la direction générale du combat créé un désordre difficile à rattraper. Moins de 30 secondes après notre charge, toute la horde débandait.

Mais on aurait pu être plus ambitieux, jouer un coup plus loin en quelque sorte, à savoir nager par le lac et revenir prendre le goulet à flanc de falaise qui séparait la plaine du bivouac de la première bannière. Cela suppose de penser moins tactique, plus stratégique et d'être conscients que souvent, le succès d'une telle opération se mesure au nombre de secondes de survie du commando Smile

Dans la fureur des combats, j'avoue ne pas toujours avoir saisi ce qui déclenchait les mouvements de foule. Sans doute y a-t-il des leaders plus ou moins consciemment désignés par le groupe, dont la chute provoque un flottement que nous pouvons mettre à profit pour avancer... C'est à voir.


3.2 Hold the Line

Les Brisefers disposent d'une capacité durant 6 à 10s qui coûte des points d'action overtime.
Tous les gens situés derrière eux à 30m gagnent 15% d'esquive contre toutes les attaques. Le tank qui met en oeuvre cette technique ne peut rien faire d'autre que se déplacer et bénéficie quant à lui de 45% d'esquive.

Chose intéressante : la capacité est stackable trois fois au maximum. Donc, trois Brisefers qui avancent en Hold the Line donnent un groupe compact de 30m de profondeur qui esquive quasiment une attaque sur deux. Pour l'avoir testé, ça allonge réellement la durée de vie d'un tank, même sans soins.

Je rêve de portes de fort ou de charges tenues par un front de trois nains utilisant cette capacité. C'est probablement le seul truc efficace pour encaisser une charge, encore faut-il que les tanks en question soient en ligne pour maximiser l'efficacité.


3.3 Les cibles

Dur pour les soigneurs. Durant nos trente minutes d'engagement dans une mêlée où nous étions en sous-nombre, les tanks et les dps CaC se sont montrés très difficile à stopper. Il faut 3 ou 4 personnes par gros orc pour le coincer et espérer dps suffisamment pour contrer son ou ses soigneurs.

On ne voit passer qu'une furie sur trois, ou sur deux, je ne sais pas comment marche cette furtivité, mais c'est étrange. Une simple chance d'échec ? Lié au fait d'être ciblé ? De cibler quelque chose ? De subir un DoT ?

Réciproquement, l'utilisation du tank comme une arme offensive reste indéniablement intéressante : ce qui nous fait braire, les fait braire. Simple.
- j'ai plusieurs fois percé le flanc pour aller extraire ma cible et la ramener chez nous, d'un bon coup de pompe, le problème est que l'on attire un peu toute l'attention des lignes adverses, une potion de ward est inappréciable, revenir profondément dans ses lignes est un must,
- courir droit sur un soigneur est compliqué à réaliser, comme ils étaient en surnombre, une chasse de 4 combattants (un élu, un orc, deux furies) s'abattait sur toute tentative, comme on a avancé, il y a un temps de latence durant lequel on est hors de portée de soins, faut assumer mais on meurt beaucoup,
- enfin défendre nos soigneurs est très compliqué, les tanks n'ont en fait que peu de choix une fois la cible au contact du soigneur :
* un snare, dont la durée dépend de la Rancune accumulée (4 à 10s)
* un knockback mais qui éloigne peu le gars et qui coûte de la Rancune (ce qui veut dire qu'il n'est pas toujours actif, parce qu'en défense, on prend très peu de coups, donc on monte très peu sa rancune),
* un knockdown à condition d'avoir paré dans les 3s précédentes (si le type cogne que sur le soigneur, c'est mort)
* un taunt qui réduit de 30% les dégâts infligés par la cible à tout autre que soi, mais franchement, le type qui cogne sur le soigneur, il s'en fout.


3.4 Ce qui manquait...

Bon, c'est pas un scoop puisqu'on le voit un peu partout, mais ça manque cruellement de dps AoE. Une artillerie de quelques mageflammes aurait été certainement utilisable dans une telle configuration. Simplement, encore une fois, la question de savoir comment retenir ceux qui percent nos lignes pour aller les abattre va se poser.

La question des distances est très importantes, les mages chaotiques que nous avons souvent eu étaient ceux qui cherchaient à frapper au coeur de nos lignes, du coup, ils avançaient sur leur propre front, ce qui les rendaient assez vulnérables. Le placement de l'artillerie est donc assez compliqué et doit répondre à un objectif tactique clair : tir de suppression des forces ennemies ou tir de barrage sur la première ligne adverse...

Des outils simples de macros d'assist (/assist Valashein, /assist Grimril, /assist Zaliban) doivent permettre une meilleure focalisation sur nos cibles. C'est une pratique à encourager, je pense.


- 4 - Au final...

Au final, nos objectifs ont été remplis à 5/6 :
- nous avons repris les deux bannières du Marais de la Folie, les deux bannières du Pays des Ombres, la bannière de l'Ellyrion (l'autre venant d'être re-capturée, elle était inattaquable pour 15 mn alors qu'il était déjà fort tard),
- cette demi-heure d'engagement de masse a été riche d'enseignements, j'ai hâte de revoir ça, à plus haut niveau. A mon avis, il est presque impossible de prendre un fort défendu par de vrais joueurs, mais l'histoire le dira, le nombre fait une vraie différence,
- l'utilisation de TS est incontournable dès qu'on fout les pieds en scénario (qu'on a survolé) ou en bataille (si on veut conserver une unité).

Une dernière remarque, vu qu'il est possible d'interagir assez largement hors de son groupe, il semble important de définir aussi ce que nous pouvons accomplir d'intéressant dans une bataille de cet ordre. Hier soir, plusieurs idées étaient émises au cours du combat, vu notre petit nombre, je pense qu'ils deviendront des "basiques" de nos possibilités d'engagements :
- prendre une bannière durant le combat,
- tenter une percée dans le flanc,
- contourner les forces adverses,
- intercepter les retours depuis leurs bivouacs...

Durant une bataille de forts, il y aura sûrement des choses particulières à faire, des sorties si on défend, des attaques au bélier si on attaque, il reste plein de choses à découvrir ! Chouette !
Revenir en haut Aller en bas
Anton Schiller



Nombre de messages : 58
Date d'inscription : 14/09/2008

Feuille de personnage
Carrière: Pas encore décidé
Rang de Carrière: 0-10
Rang de Renom: 0-10

MessageSujet: Re: [Debrief] C'était la guerre !   Mer 1 Oct - 13:54

Citation :
Certains d'entre nous jouent au casque. Une boucle infinie fait partie des trucs les plus pénibles à entendre au casque.
Si vous n'êtes pas officier, si vous n'avez pas à intervenir régulièrement sur le canal, mettez vous en Key Activation et trouvez-vous une touche pour parler.
Sinon, veillez à avoir un niveau suffisamment élevé d'activation automatique, baissez vos baffles, parlez plus fort, mais sachez que dès notre prochaine sortie coordonnée avec cet outil, nous réduirons au silence celui qui nous casse les oreilles.

+1 c'etait la derniere fois que je venais sous ts avec des gens qui ont soit des voice activation trop bas, soit qui jouent avec des baflles qui renvoient le son vers leur micro...c'est pas supportable plus de 10 mn.
Si vous ne savez pas regler votre matériel ou que vous preferez jouer avec des baffles, le Push to talk est impératif. Vous avez dans le menu settings/sound settings/ la possibilité de cocher la case push to talk (F1 par default de mémoire)

Ce qui se passait hier soir, c'est que quand quelqu'un parlait, sur au moins 2 pc différents du groupe, le son etait récupéré par le micro et renvoyé sous ts...avec un echo tres penible.
Vous avez un menu settings/ sound input qui permet de regler a partir de quel degré le son de votre voix (et de tous les bruits de votre environnement) vont declencher votre micro. En ce qui me concerne, c'est réglé à 2/3 vers la droite.


TS offre des possibilités interessantes rarement exploitées : il est possible, a l'instar de la touche push to talk, de définir des touches pour que, quand vous appuyez dessus, vous n'etes entendu que par les personnes que vous avez programmé. Le capitaine peut ainsi linker à sa touche f2 les deux lieutenants pour discuter stratégie, sans interrompre les converrsations sous ts en cours, et sans que les personnes autres que les officiers entendent.
Pour répondre, les officiers peuvent aussi programmer un groupe de personnes.

C'est tres utilisé pour donner des conseils en pve a quelqu'un qui decouvre l'instance sans embeter tout le raid....et ça peut etre utilisé entre les officiers pour discuter rapidement d'une option tactique sans que tout le monde s'en mele.


Autre point, TS doit etre utilisé pour donner les consignes de déplacement, mais SURTOUT pour annoncer le focus. C'est le seul moyen de produire un burst dps suffisant pour tuer quelqu'un avant que les soins arrivent ou se coordonnent en face.
Le capitaine pourrait annoncer : focus shaman gobelin Tetaklak
la soit vous le ciblez rapidement, soit vous avez votre macro /assist Valashein pour aller plus vite.

Des le niveau 20, on commence à avoir des pouvoirs d'interrupt ou de silence. On pourra même commencer a taper un tank et, quand il sera a 30%, demander a quelqu'un de désigné pour de "silencer" les soigneurs qu'il voit. J'ai par exemple un pouvoir de moral qui silence pendant un paquet de temps (10 sec) donc suffisant pour finir une cible.


Actuellement en combat de masse, je ne fais qu'une chose : poser un dot ralentissant sur ceux qui entrent dans nos lignes (pour permettre a leur cible de s'enfuir et de s'assurer qu'eux s'en sortiront pas). et soigner.
Si on m'annonce un focus et que je suis a portée, je peux apporter 400 à 700 pts de degats supplémentaires en 3-4 secondes...mais je suis trop occupé a surveiller vos barres de vie pour trouver la cible adequate si on me l'annonce pas.

Le jeu est prevu pour qu'on puisse pas traverser les joueurs. je rejoins l'opininion de Grimril sur la ligne de tank et sur le manque d'aoe ou de dps distance focusé sur la meme cible. A priori 2 sorciers flamboyants coordonnés sur un tank vont quand meme lui faire tres mal et ça reste notre seule option pour les tomber aujourd'hui car notre dps physique est insuffisant.
Revenir en haut Aller en bas
Grognir
Frère d'Armes
avatar

Nombre de messages : 724
Age : 36
Date d'inscription : 15/09/2008

Feuille de personnage
Carrière: Prêtre des runes
Rang de Carrière: 40
Rang de Renom: 51-60

MessageSujet: Re: [Debrief] C'était la guerre !   Mer 1 Oct - 16:18

L'analyse de Grimril est très complète. Pour illustrer: lorsque nous nous sommes fait expulser de la bannière en Ellyrion, j'avais les ennemis en visuel mais le temps que je tente de vous prévenir sur le canal warbande ils étaient sur nous.
Ils avaient deux soigneurs : un chamane et une sorcière elfe noire. Juste avant que vous vous fassiez tous décimer, j'avais ciblé le chamane, et à moi seul j'arrivais à monopoliser les deux soigneurs. Je pense donc qu'une petite partie seulement des dps distance devrait se concentrer sur les soigneurs. Si ça ne les tue pas, ça les détourne au moins du reste du groupe et du coup l'effet est le même que s'ils étaient mort.

La grosse baston de mon point de vue, sachant que je ne me suis pas du tout concentré sur la défense:

Première constatation : le placement. J'ai couru pendant un bon moment pour essayer de trouver L'emplacement stratégique. Ce qui était vrai lors de nos précédentes escarmouches, à savoir se placer en hauteur pour surveiller les alentours et pour surprendre l'ennemi, est totalement faux lors de très grosses confrontations (et encore plus sur un terrain plat) : Dès que je me mettais en hauteur, j'étais systématiquement locké par une bonne demi-douzaine de DPS distance.

Ensuite, le principale soucis selon moi, est que dans la cohue générale, le naturel fait que nous agissons individuellement (avec une pseudo conscience collective qui fait effet banc de poisson, justement décrit par grim, mais qui n'a d'efficacité que dans les mouvements de groupe). Alors que pourtant il suffit d'un minimum de construction entre quelques joueurs pour faire des assauts très perturbants dans les lignes ennemis. A titre d'exemple, je me suis retrouvé plusieurs fois sur le flanc gauche à me faire balayer avec deux ou trois alliés contre un seul orc soutenu d'un chamane au loin.
Vers la milieu du rush, je me suis retrouvé avec un maître des épées et un archimage toujours sur le même flanc, le maître devant et moi et l'archimage en retrait. On a tenu plusieurs vagues d'assauts adverses désorganisés.
L'exemple le plus frappant reste notre assaut de flanc à la fin de la soirée.

Si nous arrivons à mettre au point une bonne cohésion entre nous, et plus difficile encore, que nous arrivons à maintenir cette adhésion dans ce genre de bataille généralisée, nous ferons trèèès mal je pense.

Une dernière remarque : personnellement j'estime qu'il ne servait à rien que je tire sur les tanks adverses. je n'ai pas du voir la barre de vie d'un seul orc descendre lorsque je le ciblais. Par contre quand je me suis mis à cibler exclusivement les chamanes, l'effet était tout autre. Donc à l'avenir, je prendrais bien le temps de repérer ma cible au lieu de me jeter tête baissée dans le combat.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.vivelabiere.com
Valashein
Admin
avatar

Nombre de messages : 479
Date d'inscription : 08/09/2008

Feuille de personnage
Carrière: Répurgateur
Rang de Carrière: 40
Rang de Renom: 41-50

MessageSujet: Re: [Debrief] C'était la guerre !   Mer 1 Oct - 20:24

J'adhère aux conclusions de notre Grimril, je ne fais donc que préciser quelques points.

1 - Les déplacements

Se perdre c'est un peu mourir.

Quand la troupe se met en marche : suivez la. Ne partez pas voir un truc juste au cas où. Vous allez vous isoler et de là perdre le contact. Et seul vous allez mourir. Plusieurs fois. Car il est parfois difficile de rejoindre la troupe lorsque l’ennemi contre-attaque.
Si vous pensez pouvoir être utile dans des missions de repérage, faîtes en la demande avant de partir ...


2 - La communication

L’information est le nerf de la guerre.

La preuve est faîte (si besoin était) : TS n’est pas un luxe lors de tels affrontement, mais une réelle nécessité.
Concernant son usage, Grimril a déjà raison … mais la situation ne peut qu’empirer : plus on sera nombreux sur le canal et plus il faudra réduire son temps de parole au strict minimum.
On le sait bien : dans le feu de l’action, il est préférable de prendre une mauvaise décision vite qu’une bonne trop lentement. La désorganisation tue plus surement qu’aucune classe de personnage de la destruction. J’espère que vous pardonnerez toutes les fois où on va aller à la mort par ma faute, ou par celle d’un officier.
Cependant, si pour éviter la désorganisation il est peu judicieux de discuter stratégie pendant la bataille, tous les avis sont les bienvenus après.
Dans la même veine, nous n’avons pas tous les mêmes idées, ni les mêmes désirs. Et on ne pourra jamais être tous d’accord. Alors quand ce que l’on vous propose ne correspond pas exactement à vos attentes, dites vous que les officiers de la compagnie essaient de prendre les décisions les plus consensuelles.

3 Les cibles

Le focus est clairement la clef du succès en RvR. Ce sera l’un de nos objectifs prioritaires dans nos prochaines sorties.

4 - Au final...

Rien à rajouter. Si ce n’est qu’il m’a semblé que tout le monde avait apprécié la soirée, ce qui est quand même l’objectif principal !

_________________
Valashein von Carstein

La teinte blafarde du Chaos doit être lavée dans le feu purificateur de la comète à deux queues.
Et non, nous ne brûlons pas les innocents par plaisir, mais par devoir.
Revenir en haut Aller en bas
http://wariscoming.bbactif.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Debrief] C'était la guerre !   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Debrief] C'était la guerre !
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» C'était la Guerre de 1870
» C'était la Guerre de 1870, mais en mieux !
» Et si la Seconde Guerre Mondiale était un jeu en ligne...
» GUERRE DE SEPT ANS: Il était une fois en Silésie....
» Gagner la guerre (Jean-Philippe Jaworski)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Compagnie des Vétérans du Coeur Ardent :: Aux abords du camp :: La salle des cartes :: L'union fait la force-
Sauter vers: